Bo Van der Werf

Saxophoniste baryton, clarinettiste basse et surtout compositeur qui au travers de son œuvre cherche le juste milieu entre idées philosophiques profondes, structures par couches stratifiées et un certain degré d’accessibilité.

03.11 & 04.11, 22.00, Sounds
Bo Van der Werf with Songbook of Changes

 

Qui est… Bo Van der Werf ?

Bo Van der Werf (°1969) est diplômé du Conservatoire d’Amsterdam.

Très tôt, il développe un double parcours. Celui d’accompagnateur d’une part et d’autre part, celui de leader de ses propres projets.

Ainsi, il est de la partie dès la fondation du Brussels Jazz Orchestra. Il y a d’ailleurs encore toujours sa place attitrée.

En outre, il se produit au sein de plusieurs autres ensembles, dont Septych (le septette de Bram De Looze), Lidlboj (du pianiste-claviériste Jozef Dumoulin), Dragons (le quintette de la saxophoniste française Alexandra Grimal), Workshop (du saxophoniste français Stéphane Payen), le Sylvain Cathala Septet et MikMâäk. Il compose également de la musique pour des documentaires et des spectacles de danse. Il y a aussi sa collaboration avec l’ensemble de musique contemporaine Ictus, et sa contribution aux premiers albums d’Aka Moon.

Il réserve sa vision personnelle à son groupe Octurn, qui tout comme le BJO voit le jour dans l’enceinte du club de jazz bruxellois Sounds. Il met ici l’accent sur l’approfondissement des principes qui s’inscrivent dans la lignée d’Olivier Messiaen et de la musique classique contemporaine et sur leur lien avec les idiomes du jazz moderne et avec l’improvisation.

À cet égard, les enregistrements avec les moines du monastère de Gyuto sont exceptionnels et portent cette vision vers de nouveaux sommets.

Lors des prochains concerts à l’affiche au Sounds, son quartette Songbook of Changes jouera un rôle central avec dans ses rangs Fabian Fiorini, Jozef Dumoulin et Dré Pallemaerts.

 

Quel(le) est…

… votre lieu préféré à Bruxelles ?

Je suis un lecteur particulièrement assidu et à ce titre, la librairie Tropismes (Galerie des Princes 11) est pour moi le refuge idéal où j’aime régulièrement passer du temps. Un autre atout considérable est la compétence du personnel car je suis curieux de tout, des ouvrages philosophiques sur le bouddhisme à la littérature française et à la bande dessinée. Pour l’heure, je m’intéresse surtout aux auteurs tels que Jonathan Franzen, Paul Auster et Richard Ford qui décortiquent la société américaine. Pour me vider la tête complètement, j’aime lire des mangas. Ce sont surtout les mangas coréens qui me passionnent. En parallèle, il y a bien évidemment tous les livres consacrés à la théorie de la musique, le genre d’ouvrages qui trônent sur ma table de chevet.

 

… le dernier CD ou album que vous vous êtes offert ?

J’en ai même acheté plusieurs à la fois, tous de Steve Lehman, sous le label Pi Recordings. Steve Lehman est un musicien que je suis déjà depuis longtemps. C’est d’une part un instrumentaliste talentueux mais d’autre part, tous ses projets englobent des idées et des concepts très intéressants. Il propose différentes approches de l’harmonie avec des renvois sporadiques à la musique spectrale de Gérard Grisey. De ce fait, son travail est à la fois intelligent et intellectuel. Toutefois, il parvient à rendre le tout plus ou moins accessible en s’entourant de musiciens qui y donnent une nouvelle dimension. Il en résulte des sonorités extrêmement organiques.

 

votre plus beau souvenir d’un concert récent ?

Il s’agit d’un concert de Harmen Fraanje avec Brice Soniano, Toma Gouband et Magic Malik, il y a de cela quelques semaines au Vrijstaat O. à Ostende. Sur scène, j’ai vu quatre poètes animés du même esprit. Ici, pas question d’idées complexes et alambiquées mais avant tout, quatre musiciens sans barrières aucunes. Ils restaient fidèles à eux-mêmes sans faire de concessions, tout en étant en parfaite harmonie à la fois musicale et spirituelle. C’est loin d’être évident. J’ai personnellement éprouvé cette même intensité lors des enregistrements que j’ai réalisés avec les moines de Gyuto. En effet, il ne s’agissait pas uniquement de notes et de musique ; l’aspect philosophique y jouait un rôle tout aussi important.

 

… votre expression favorite du moment ?

Je songe à une citation de Gandhi : « Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. » Je suis fortement influencé par le bouddhisme mais je suis loin de me considérer comme bouddhiste : j’ai bien trop de défauts pour y prétendre. Ceci dit, je puise énormément d’inspiration dans cette doctrine et cette citation de Gandhi y est étroitement liée. Dans la même veine, il y a aussi le gnosticisme. L’art est de trouver le juste équilibre entre corps et esprit. Connais-toi toi-même. C’est ma première tâche de bon matin quand je me réveille.