David Thomaere

Un jeune pianiste qui puise son inspiration dans diverses formes d’art et veut ainsi établir un lien propre entre pop et jazz.

23.09, 20:00 Saint-Jazz Festival ( Jazzstation)
David Thomaere Trio

 

Qui est… David Thomaere ?

À un jeune âge déjà, David Thomaere (°1988) est mordu par le virus de la musique. Âgé de six ans à peine, il s’installe déjà derrière le piano. Une formation classique traditionnelle à l’académie du coin (Schoten) tombait dès lors sous le sens.
Il poursuit ensuite ses études au Conservatoire Royal de Bruxelles où il suit les cours, entre autres, auprès de Diederik Wissels et Kris Defoort.
En complément, il participe à différentes master classes à l’étranger auprès de maîtres tels que Kenny Werner, John Taylor et Palle Danielsson. Dans le cadre du projet Erasmus, il réside une année entière à Leipzig où il suit les cours dispensés par Richie Beirach.

Depuis 2011, il s’est définitivement installé à Bruxelles.

En 2013, il décroche le Toots Thielemans Award et un an plus tard, il fait partie des nominés au Sabam Jazz Award « Jeune talent ».

Son premier CD « Crossing Lines » sort début 2016 sous le label belge de qualité W.E.R.F.. Pour former son trio, il s’adjoint deux autres jeunes héros : le batteur Antoine Pierre (TaxiWars, Philip Catherine, LG Jazz Collective, Urbex) et le bassiste Félix Zurstrassen (LG Jazz Collective, Urbex, Guillaume Vierset Quartet).

Par ailleurs, Thomaere se produit avec Okon & The Movement et les chanteuses Billie Bentein et Typh Barrow font appel à ses services.

 

Quel(le) est…

… votre lieu préféré à Bruxelles ?

Pour être honnête, je n’ai pas directement un lieu précis qui me vient à l’esprit. J’aime me rendre au Bravo pour y rencontrer des collègues ou les voir à l’œuvre. Lorsque je veux m’évader de la ville, je vais à la forêt de Soignes. Toutefois, j’ai récemment découvert un endroit particulier. Il s’agit de l’abbaye de la Cambre à Ixelles. La première fois que je m’y suis rendu, je dois dire que le lieu m’a fortement impressionné. Le soleil brillait au travers des vitraux, conférant à l’ensemble une consonance quasi féérique. Ce qui est chouette aussi, c’est que des gens viennent pique-niquer relax dans le jardin sans en faire une « grosse teuf ». D’autre part, je ne veux pas y aller trop souvent, histoire de préserver la magie.

 

… le dernier CD ou album que vous vous êtes offert ?

« Blackstar » de David Bowie. Je connaissais déjà plus ou moins ce qu’il avait fait mais lorsque que j’ai entendu le premier single de ce nouvel album, j’étais franchement plus qu’agréablement surpris. C’est un musicien qui n’a jamais cessé de se renouveler. Et que, cette fois-ci, il invite des musiciens de jazz, ne pouvait que me ravir, bien sûr. Dans mon cercle d’amis, nous avons beaucoup parlé de cet album et pour beaucoup d’entre eux, il en émane les mêmes « vibes » que sur l’album « Bitches Brew » de Miles Davis. L’ambiance d’une jam session en studio mais en même temps, les morceaux sont écrits de manière très détaillée. Lorsque je résidais à New York il y a de cela quelques mois, j’ai vu ces musiciens à l’œuvre sur scène. Il n’en faut pas plus pour comprendre pourquoi Bowie les avait choisis.

 

votre plus beau souvenir d’un concert récent ?

Le concert de Keith Jarrett l’année dernière à BOZAR. Je n’en attendais pas des masses, compte tenu de sa personnalité. Mais finalement, j’ai vraiment apprécié. De toute façon, les avis étaient partagés au sujet de son chantonnement continu. Au beau milieu du concert, je me suis d’ailleurs fait la réflexion que des personnes qui n’aiment pas le jazz, nous prendraient pour des malades s’ils assistaient à ce concert, sans compter que les places n’étaient pas données. Mais, que voulez-vous, le personnage est ainsi fait. Sa musique ne serait pas la même s’il n’y avait pas tous ces à-côtés et ces effets de manche. En matière d’harmonies, c’est un maître et avec trois notes à peine, il arrive d’emblée à vous prendre aux tripes.

 

… votre expression favorite du moment ?

“I try to apply colours like words that shape poems, like notes that shape music” (ndlt : J’essaie d’utiliser les couleurs comme les mots qui composent un poème, comme les notes qui font la musique). C’est une citation de Miró que j’ai d’ailleurs reprise sur la housse de mon CD. J’ai visité la Fondation Joan Miró à Majorque et ce qui m’a frappé, est sa manière d’associer couleurs et traits pour exprimer un sentiment. D’où le dessin sur la housse qui évoque ce style. Le titre du CD s’inscrit dans le prolongement de tout cela. Mon intention est de combiner pop et jazz. J’adore m’adonner aux deux genres. Le fait d’écouter plusieurs styles musicaux, forme votre personnalité musicale. Par ailleurs, je m’intéresse aussi à la danse, au théâtre…