Michel Hatzigeorgiou

Bassiste qui a arpenté les scènes aux côtés des plus grandes icônes du jazz international et s’est révélé particulièrement innovant avec son groupe Aka Moon.

16.09, 20.00: La Basse d’Orphée (solo) + Inner Peace Band (Marni Jazz Festival)

17.09, 20.00: Sinister Sister (Marni Jazz Festival)

18.09, 20.00: Hatzi-Galland Duo (Marni Jazz Festival)

www.theatremarni.com

06.10, 20.00: Aka Moon: AlefBa (KVS)

28.11, 20.00: Aka Balkan Moon (Bozar)

 

Qui est… Michel Hatzigeorgiou (°1961) ?

À l’instar de beaucoup de musiciens de sa génération, Michel Hatzigeorgiou a résidé à Liège dans les années ’80, qui était à l’époque le lieu de prédilection de la scène du jazz belge. Il y a côtoyé des artistes d’horizons très divers. Dix ans plus tard, il était de nouveau au bon endroit au bon moment semble-t-il, à savoir Bruxelles, où le club de jazz De Kaai donne naissance à un tout nouveau courant. C’est aussi là que débute l’histoire d’Aka Moon, le groupe qui depuis lors est devenu une véritable référence à travers le monde.
Il croise en outre la route de pas mal de noms emblématiques du monde du jazz : son grand exemple Jaco Pastorius bien sûr mais aussi Mike Stern (Miles Davis), Philip Catherine et Toots Thielemans.
Le lien avec ses origines grecques reste présent par le biais de ses concerts de « rébétiko » (une forme de musique populaire grecque). Sur son album solo, il a d’ailleurs repris un numéro de rébétiko et il joue aussi du bouzouki.
Il enregistre plusieurs albums avec Erwin Vann. À l’occasion du Marni Jazz Festival, les deux comparses s’associent de nouveau et forment le groupe Inner Peace Band avec la complicité de Dré Pallemaerts.
Par ailleurs, il fait actuellement partie du groupe Sinister Sister, avec au répertoire des versions éminemment personnelles de morceaux de Zappa.

 

Quel(le) est…

… votre lieu préféré à Bruxelles ?

Pour moi, le Sounds est et reste après près de 30 ans encore toujours un lieu essentiel sur la scène du jazz bruxellois. Je m’y suis produit très souvent et j’y ai même donné un concert de rébétiko, preuve s’il en est que Sergio, le propriétaire des lieux, est quelqu’un à l’esprit très ouvert. Il ménage aussi une place aux jeunes artistes et les jam sessions du lundi soir ont été pour bon nombre de musiciens une importante plate-forme d’apprentissage.

 

… le dernier CD ou album que vous vous êtes offert ?

Un double album de The Shadows, en plus sur vinyle. Cette musique me ramène à ma jeunesse. Mais j’ai surtout acheté cet album parce que j’adore le son de la Stratocaster. Je suis d’ailleurs un grand admirateur de Leo Fender. Tout le monde parle sans cesse des musiciens mais les créateurs d’instruments sont bien trop souvent négligés alors que leur rôle est très important. À lui seul, Monsieur Fender a révolutionné l’histoire de la musique. À mes yeux, il y a clairement une période avant Leo Fender et une période après Leo Fender. Sans lui, il n’y aurait pas eu de Hendrix par exemple, en tout cas pas comme nous le connaissons. Il aurait sans doute créé quelque chose de génial mais alors, avec un son totalement différent. Buddy Holly est à mon avis le premier à avoir marqué la musique de son empreinte avec un son particulier. Ensuite, il y a eu The Shadows, d’où mon achat.

 

votre plus beau souvenir d’un concert récent ?

C’était à Athènes où j’assistais à un concert de Yiorgos Poulos. C’est un musicien tout à fait remarquable et à mon sens, un des meilleurs joueurs de bouzouki au monde. Il y a quatre ans de cela, il a dû se faire amputer de l’index de la main gauche. C’est un peu similaire à l’histoire de Django Reinhardt à qui il manquait deux doigts. Depuis lors, j’ai déjà pu voir Poulos plusieurs fois sur scène et il arrive chaque fois à m’émouvoir aux larmes. L’amputation qu’il a subie, l’empêche de faire appel à des techniques de jeu spécifiques mais de ce fait, son style de jeu a gagné en profondeur et en émotion.

 

… votre expression favorite du moment ?

Jaco Pastorius a dit un jour : « Si vous voulez que quelque chose soit fait comme il faut, faites-le vous-même. » Tout est dit. Si vous voulez que quelque chose soit fait parfaitement selon vos normes, n’attendez pas d’autrui qu’ils le fassent ; faites-le vous-même. C’est également une des raisons pour lesquelles j’ai enregistré et produit tout seul comme un grand mon CD solo qui sort maintenant, entièrement en gestion propre, en gardant à l’esprit la citation de Jaco (rires).